LES ELUS ET LA TRANSPARENCE

Reconstitution de l’historique d’un grand secret

 

le 9 février 2016, le conseil municipal de Joinville en champagne se réunissait et alors que M. B.OLIVIER (Maire et également conseiller départemental) apportait en fin de séance une information : « les membres du conseil municipal décident, à l’unanimité d’approuver le soutien à ce projet d’installation sur le bassin joinvillois, qui permettra la création de nouveaux emplois et le développement d’un nouveau secteur économique sur le territoire »

Et ce projet est ….« un projet de retraitement de pièces à faible activité nucléaire »(JHM du 12 février 2016)

A l’unanimité ! A l’unanimité, non, mais comment est-il possible de sacrifier la santé publique et l’environnement à la création de 15 à 40 emplois ?

 

Le 9 septembre, les habitants de Gudmont-Villiers apprennent ce projet alors que l’ensemble du conseil municipal était au courant depuis mai 2016

 

Le 29 septembre a eu lieu une réunion citoyenne afin d’informer la population riveraine sur ce projet.

Mme le Maire y fait deux déclarations lors de cette réunion :

  • un compromis de vente est signé entre la société Derichebourg et la scierie Lambert

  • les riverains seront autorisés à assister à la réunion publique du 30 septembre, sous réserve qu’il y ait de la place

Mais La société Derichebourg a contesté la signature par Derichebourg de ce compromis de vente lors de la réunion, le jour suivant.

Mais l’accès a été interdit à certains riverains alors qu’il y avait de la place puisque d’autres ont pu assister à cette réunion. Discrimination ?

Quelle crédibilité a désormais le discours de nos élus ? Quelles valeurs représentent-ils ? Où sont passées honnêteté, égalité, et transparence ?

 

Retour sur une réunion publique réservée : déni de démocratie et tri sélectif des citoyens

Une réunion « publique » sélective

Cette réunion publique était réservée aux seuls habitants de la commune de Gudmont Villiers. Publique, réservée, il faudrait savoir parce que l’association de des deux mots est incompatible.

Un bel exemple d’information et de démocratie, vive la sélection voire la discrimation ! Nous sommes plus au moyen âge ! Les élus sont des représentants de la population, il ne faut pas oublier.

La communauté de commune et la commune de Gudmont Villiers ont présenté le projet BISON aux habitants de la commune et à certains autres sélectionnés et a refusé les habitants des communes riveraines. Mme la Maire de Gudmont a aussi refusé de mettre à disposition une sonorisation qui aurait permis aux personnes à l’extérieur de percevoir les débats.

Un tri sélectif peu démocratique

Quoi qu’il en soit, il restait des places et l’accès à la salle à été refusé de manière peu courtoise par certains élus. Alors petite anecdote, l’accès a été autorisé à une ancienne habitante de Gudmont mais résident à Rouvroy, cette personne en quittant la salle laisse sa place à une personne attendant dehors mais naturellement on lui a encore refusé une nouvelle fois l’accès !

Par contre M. Barbier Brion est fier, lui, d’avoir eu accès à cette réunion sans y avoir été officiellement invité. Lors de cette réunion le 1er adjoint de la commune a notifié que M. Barbier Brion et sa fille étaient invités car ils étaient propriétaires à Gudmont ! Qui ment ?

Certains se considérant puissants et renommés ont accès à l’information et les autres, les « sans dents » voisins on les laisse dehors. Bel exemple de démocratie !

 

Le compte rendu promis et invisible

Mme le Maire a également notifié qu’un compte rendu serait rédigé à l’issue de la réunion. Nous l’attendons toujours.

 

Mme la maire ne respecte donc pas ses engagements.

 

Quelle image donne-t-on de la fonction d’élu ?

Pourquoi la réunion d’information s’est-elle déroulée dans la petite salle de Gudmont ?

 

 

Pourquoi les habitants et propriétaires de la commune ont-ils été seuls admis à assister aux débats ?Pourquoi a-t-on accepté certaines personnes supplémentaires et pas d’autres ? 

 


Depuis ces événements, nous aurions pensé que les politiques devant le
fait accompli feraient preuve d'ouverture et suivraient l'avis de la
population qui est de stopper le projet. 
En fait, depuis que le lièvre a été soulevé , les opposants sont élevés au
rang de sous citoyen notamment par la Mairie de Gudmont-Villiers.
- Harcèlement de membre du collectif (plainte déposée par la gendarmerie
, militants convoqués à la gendarmerie de Joinville ).
- Gazette mensongère qui dénigre les membres du collectif.
- Présence systématique de la gendarmerie à tous les rendez-vous du collectif
- Refus de location de la salle des fêtes municipale à l'association.

 

- disparitions suspectes de banderoles et bonnets phrygiens...
ect ect ...

To be continued ....