GUDMONT EN DANGER

Pour Derichebourg : Que du bonheur

#Selon DERICHEBOURG

Derichebourg investirait 10 Millions d'euros et créerait 40 emplois sur le site et des emplois indirects.

Pour eux les risques de pollution seraient limités, le traitement ne produisant pas d'eaux usées et ayant peu d'émissions dans l'air (250 fois moins que ce que la législation autorise).

Ils achètent 9 ha de terrain là où un seul suffit, mais ils n’ont pas le choix.

 

La demande de permis de construire et la demande d’autorisation seront déposés en préfecture au mois de novembre 2016 et il y aura une consultation publique au printemps 2017.

Pour les locaux : Que des Malheurs(sssss)

#En réalité

Catastrophe sur l'environnement et image

Projet depuis près d’un an tenu secret par nos élus et pour cause : ils n’allaient pas informer leurs habitants de cette usine qui a de multiples nuisances et pollutions.

#Pêche et Chasse

L’implantation d’une usine de traitement de déchet nucléaire nuira à l’image de Chasse, Pêche et forêts, à l’image sur verte du département.  

#Agriculture

Ce projet aura un impact économique sur l’agriculture et notamment sur les efforts entrepris par des agriculteurs vers des méthodes bio, à moins que la bioradioactivité devienne un nouveau label. 


Catastrophe économique

#Carrière 

La carrière CEMEX est située à quelques centaines de mètres du site Derichebourg,elle pourra être atteinte par les particules radioactives. L’entreprise est actuellement réputée pour la qualité de sa pierre dite « pierre à sucre » et de nombreuses sucreries s’y approvisionnent lors de la campagne sucrière (Arcis sur Aube).

 

La carrière fournit 20 à 30000 tonnes par an de pierre à chaux afin de blanchir le sucre. Le secteur alimentaire utilise ce sucre. Quelle en sera sa qualité après l’implantation de Derichebourg ? 

#Tourisme

 

Déchets nucléaires…ces mots auront un impact sur l’image du bassin,sur le tourisme. Quel sera le devenir de l’hôtellerie de qualité, La source bleue, hôtel trois étoiles à Villiers sur Marne.

http://www.hotelsourcebleue.com/fr/

 

 

L’image négative de poubelle nucléaire s’exporte en Europe, ce n’est pas pour favoriser le tourisme(ci-dessous quelques articles de la presse étrangère qui ne feront pas du bien au tourisme).

#Immobilier

L’installation de cette usine aura impact sur les transactions immobilières. En effet, si les maisons implantées à proximités d’éoliennes perdent au minimum 10% de leurs valeurs, en général entre 20 et 40%. Qu’en sera-t-il des maisons implantées à côté d’une usine de conditionnement de déchets nucléaires ?

 

Naturellement les transactions immobilières et l’image ne sont pas prises en compte dans l’étude BISON !

 

 

Catastrophes Sanitaires

Les élus n’allaient pas non plus informer les habitants de Gudmont et communes aux alentours de la dangerosité d’une telle usine « première de ce genre » et qu’ils seront des cobayes avec le :

- danger de rejets radioactifs (air, eau et terre)

- danger d’accidents de transport par camions .

#Le transport des colis et les risques

 

Les nuisances des transports de colis radioactifs : 

Les camions transportant les matières dangereuses traverseront les villages, amenant un danger permanent pour les populations de la région et d’autres.

Ces nuisances l’Etat les reconnait puisqu’il souhaite les réduire :

« Article 32 du projet ‘arrêté concernant la gestions des déchets nucléaires d’ octobre 2016

Areva, le CEA, EDF remettent au ministre chargé de l’énergie avant le 31 décembre 2018, une étude permettant d’évaluer et de réduire les impacts environnementaux liés au transport des déchets TFA, le cas échéant après traitement, au stockage au Cires. »

 

Les risques routiers : 

On peut craindre un accident de la route (en espérant que ce ne soit pas le car scolaire) et le déversement de matières nocives.

https://www.asn.fr/L-ASN/ASN-en-region/Division-de-Chalons-en-Champagne/Actualites-de-votre-region/Accident-de-la-route-dans-l-Aube-l-ASN-a-suivi-le-deroulement-des-operations-de-controle

http://www.lest-eclair.fr/303665/article/2015-07-02/accident-mortel-sur-la-d396-entre-bar-sur-aube-et-bayel

 

L’entreposage des colis :

Les colis pourraient rester stationnés sur le site jusqu’à 24 mois.Eux prévoient maximum 300 conteneurs ce qui est déjà énorme mais on pourrait entreposer et stocker de nombreux conteneurs sur les 8 autres hectares !

Ces matériaux peuvent être combustibles, un feu pourrait se déclencher dans un conteneur de matériaux contaminés.

Perspective inquiétante

A terme on peut passer de l’entreposage au stockage sur site. En effet les réflexions actuelles sur le traitement des déchets nucléaires préconisent de les entreposer sur des sites « dans de centres conventionnels de déchets industriels »

 

 

La voie ferrée

 

Elle longe le site Derichebourg. Les trains de voyageurs, de marchandises, les rames en attente venant de la COMEX peuvent être irradiés, et devenir des vecteurs de pollution radioactive vers des régions qu’on croit être protégées par la distance.

 

Perspective inquiétante

 

Il serait possible que la société Derichebourg utilise le chemin de fer pour transporter ses colis radioactifs.

 

La société assure que ce n’est pas prévu mais les stratégies économiques et industrielles des entreprises évoluent.

#Bruit

 

Derichebourg souhaite découper, cisailler, compacter des ferrailles : il y aura des nuisances sonores. Celles-ci s'ajouteront à la circulation des camions et à l'augmentation du trafic routier. A-t-on estimé ces nuisances sonores ?

Le bruit nous le connaissons déjà avec la carrière qui, en fonction des vents, gêne les habitants à plusieurs km à la ronde. Alors les nuisances sonores pourront se cumuler aisément.

Qu'en est-il du calme de la campagne?  Encore une source d’attractivité pour notre territoire. 

#Eau

Eau :

En cas de pluie, les radionucléides s’infiltrent davantage.

Derichebourg précise qu’il n’y aura « aucun effluent » mais « une micro station d’épuration ». Il faudra expliquer ce qu’ils feront de l’eau qui servira à nettoyer le bâtiment.

Il faudra aussi se poser la question du ruissèlement de l’eau.

Si l’eau est stockée dans des bassins d’orage ou une micro station, une fois diluée elle est ensuite rejetée dans le canal qui appréciera les radionucléides!

 

le canal :

Le canal longe l’installation DERICHEBOURG

Il assure la navigation de plaisance. Les plaisanciers et leurs bateaux seront exposés aux radionucléides.

Il y aura une pollution aggravée constante en aval qui concerne : les pêcheurs et les exploitants des ressources vivantes aquatiques.

Que dire de la pisciculture de Rouvroy si un repreneur se présente ?

Lors des travaux, le canal est vidé périodiquement par des bondes spéciales qui rejoignent la rivière. Il y aura, dans ce cas, surélévation de la pollution de la rivière à laquelle les populations peuvent être exposées. Le phénomène touchera la Marne puis la Seine.

 

Perspective inquiétante :

Dans quelle mesure le canal ne pourrait-il pas à long terme transporter les colis radioactifs ? La société assure que ce n’est pas prévu non plus pour le moment mais comment en être sûr ? Et là, il y aurait encore un risque supplémentaire.

 

La Marne : 

Son eau en aval charriera des radionucléides qui pourront traverser les villages et des villes comme Joinville, St Dizier, Vitry le François, Châlons-en-Champagne, mais aussi l’agglomération parisienne et la vallée de la Seine jusqu’au Havre.

On peut s’interroger sur la quantité de polluants déversés surtout si ceux-ci s’ajoutent aux rejets de la blanchisserie de vêtements radioactifs de Joinville. La Marne sera un cours d’eau sacrifié, pollué.

 

Captage et nappe phréatique :

Le site DERICHEBOURG a un puits communicant avec le captage de Gudmont, ils partagent la même nappe phréatique.

 

Le captage actuel de Gudmont a été créé derrière le village afin d’être protégé d’une éventuelle pollution chimique venant de la route. Alors sa pollution mettra à mal la santé des habitants du village, la totalité de la nappe phréatique peut être polluée.

 

Les captages dans la vallée sont donc susceptibles d’être pollués, ils alimentent en eau les populations. Ainsi, le captage de Rouvroy puise aussi dans une nappe phréatique à proximité de la Marne et du canal. Lui aussi pourrait être contaminé.

 

La station de lavage des camions de la carrière utilise l’eau du canal et la rejette dans celui-ci. Avec l’eau chargée de radionucléides la boucle est bouclée !

 

Le bruit

Derichebourg souhaite découper, cisailler, compacter des ferailles ; il y aura des nuisances sonores. Ont-elles été estimées ?

 

Nous ne le savons trop bien déjà avec la carrière qui en fonction des vents gêne les habitants à plusieurs km à la ronde. Alors les nuisances sonores pourront se cumuler aisément et illustrer le calme de la campagne. Encore une source d’attractivité pour notre territoire.

 

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/l-usine-de-bayonne-touchee-par-des-explosions-denoncee-par-l-emission-de-julien-courbet_4498ff3a-184d-11e6-8596-a7a1e7808844/

http://pasresponsables.blogspot.fr/p/synthese-arguments-contre-derichebourg.html

Là il dénonce un projet de compactage industriel 

#Air

La pollution de l’air, ses conséquences sur l’environnement des villages voisins

 

Gudmont se trouve soumise à une irradiation constante : effet Tchernobyl.

Villiers-sur-Marne située sous l’action d’un vent dominant venant de l’Est, recevra de plein fouet les particules radioactives, donc nuisibles :

  • aux habitants
  • à la ferme des Rieux, ferme en conversion bio et ferme pédagogique,
  • à la ferme de M. Gravet
  • la ferme de M. Pierron, élevage de bovins
  • Ces exploitations productrices de lait ou de viande auront une production polluée.
  • L’Hôtel de la Source Bleue sera également menacé.

Rouvroy sur Marne, Donjeux et son groupe scolaire seront plus directement concerné lorsque les vents sont d’orientation d’Ouest

Le projet aura aussi impact sur le bilan carbone.(construction, transport...)

#Donjeux et nos enfants

Donjeux abrite un groupe scolaire qui comprend 250 élèves de 2 ans à 12 ans, ce sont des enfants du sud de la communauté de commune, des villages de Fronville, saint Urbain Maconcourt, Donjeux, Rouvroy, Blécourt, Ferrière la Folie, Gudmont et Villiers. Ce groupe scolaire le plus important de la comcom y concentre le ¼ des enfants. Alors nous sommes tous concernés.

 

Pouvons accepter de laisser nos enfants exposés aux radionucléides émises et portées par les vents ou l’eau?

Pouvons-nous ne pas crainte pour la santé de nos enfants ?

 

Les études montrent que les leucémies augmentent dans un rayon de 5 km autour des centrales nucléaires (étude de 2012, étude de 2007 en Allemagne) ou du centre de traitement des déchets de la Hague. On constate mais on n’explique pas, naturellement comme pour le cancer de la la tyroïde, on ne peut directement mettre en cause le nucléaire, tant il y a de facteurs ! Facile !

 

Nous n’avons pas envie que nos enfants soient des cobayes et qu’on constate qu’ils sont malades et qu’ils viennent grossir des études. Il vaut mieux prévenir que guérir.

Nous n'attendrons donc pas les études faites sur nos enfants. Non, nous ne prendrons pas le risque de les soumettre à des rejets polluants; si les industriels ne prennent pas leurs responsabilités, Nous, parents, sommes responsables de la santé de nos enfants et nous avons le devoir de les protéger.

Il y a un risque pour eux alors NON. La santé de nos enfants n’a pas prix et surtout pas les 40 emplois qu’on essaie de nous vendre en échange. 

No futur

#Futur compromis

Et si Gudmont devenait une fonderie de ferraille radioactive !

Pour l’instant le projet ne concerne que le tri et le compactage de déchets très faiblement et faiblement radioactifs. Cependant les documents mettent en valeur plusieurs phases dans le projet (« investissement initial », emploi à terme).

La société assure ne pas souhaiter s’associer avec d’autres pour l’implantation d’une fonderie. Or, elle a la place pour le faire et le savoir-faire technique du bassin pourrait lui être utile.

Alors oui, faisons confiance à Derichebourg. Ils ont dit se feraient pas, ils ne feront pas. A Bure aussi il a été dit que cela ne serait qu’un laboratoire puis il a été décidé d’y installer la poubelle nucléaire. Parole et parole et parole…

Et si dans quelques temps les stratégies du groupe évoluent et si cette entreprise est rachetée ? Ne prenons aucun risque.